History and Reading Arts for Ages Eleven to Fifteen (Faire défiler vers le bas pour la version française)

 

 

 

Image

The Award-WinningSummer of the Bear

Part I.  The Purpose or Purposes of the Book

            The Summer of the Bear targets the 8th-grade social studies curriculum, but is appropriate for ages 11-15, for social studies, reading arts, or just plain fun. Teachers and parents will find that Summer makes the history come alive for their children. It is a story about four modern young adults, and the choices they face, while retracing the steps of their Euro-American, African, and Native American forefathers. The book makes an exciting read for any young person, who loves adventure and mystery. Summer of the Bear, the first volume in a series of historical fictions for young adults, received the Michigan State History Award for Literature forChildren and Young Adults in 2007, for an early paper version, published in 2006. The book I will be discussing here, is the 2014 e-book, published on Amazon.

How to Teach This Book to your Child

If you are wondering how to present this book to your child so that she learns the facts she needs to know, it may help you have her put a series of questions to the text, which I will detail in the next few blogs. Remember, every child is going to wonder: “Why do we have to read this?” Wouldn’t it be nice if she also asked, “What does it teach us?” “Why did the author write it?” “How do we know what the author meant by what she wrote?” (Hint: the characters, structure, images, symbols, the use of music, etc., are all at the service of the author’s purpose. Each one of these devices points toward what the author meant by her tale.)

Purposes of the Book:

          Every book is created for a reason, and, as obvious as that may seem, your child needs to learn to recognize the purpose for which the book was written. Only then can she understand how every detail points toward the author’s goals. This is also a great way to prepare her to write her own papers and books, be they fiction or nonfiction, because narrative purpose is the most important organizational principle in writing.

The first purpose of Summer of the Bear is one the author tries to hide as much as possible: to teach readers about the histories, economies, and customs of both the Indians and the Canadian fur traders, the voyageurs, the coureurs de bois, the commis, and the big American fur trading companies. She describes the voyageurs by showing the boys reenacting the life of the French canoe paddlers. In addition to dressing like voyageurs, because their bossy French guide, Jean-Baptiste insists on it, the boys in the story are made to sing the voyageurs’ songs while they are paddling down the Pigeon River. Authentic music appears in the text. The reader learns a certain amount of French, which is translated in the text.

In order to teach them Native American history, especially the history of the Ojibwe Indians, from the pre-contact era to the present, I used dialogue among the young men in the story. For example, their situation causes them to think a lot about food, so that they are very interested in what their young Ojibwe friend, Mickie, tells them about cooking in his family. Because this boy is looking for a Bearwalker, who may be intending to kill his sister, Mickie has to explain things about his culture in order to engage the others in his quest. The reader is thus exposed to a certain number of Anishinabemowin (Ojibwe) words. The boys are interested because all of this is part of a great, mysterious adventure. Finally, convinced of Mickie’s sincerity, Jean-Baptiste involves all of them in the search of the Bearwalker. Afterwards, discussing the adventure and its meaning among themselves, they talk about California because Brock has read a mysterious and frightening novel on Esselen bearwalkers.  Brock’s recounting of the novel leads them to the understanding that while some Bearwalkers are criminals, others are wise and good. At a certain point, we realize that these young men become bearwalkers in their own right. What kinds of bearwalkers are they? The central symbol of the bear is extremely important in this novel.

The task of dramatizing the core democratic value of Liberty, so important in the schools, was much more challenging. The narrator/hero, Kevin Murphy, gradually discovers the responsibilities which accompany Liberty. In the beginning, Kevin feels, like any other kid his age, that he has a right to Liberty. But, little by little, he realizes that his actions cause a great deal of grief to his parents. Eventually, he comes to understand what family honor means, and that Liberty brings with it the burden of choice, if one wants to take part in a society.

Most young people, the fifteen-year-old me included, hate Economics. I mean, how boring is that?! Once again, I chose to show these essential facts through dialogue between the boys. Jean-Baptiste and Kevin Murphy discuss the difference between traditional economies-those which are only for survival, like that of the Anishinabeg, and command economies (like the 17th century European economy, which was designed for profit). A discussion takes place because Jean-Baptiste, while admiring the simplicity of the Ojibwe way of life, points to their economy of survival. Kevin remembers what his teacher was trying to show them at school. Suddenly he realizes how impossible the arrangements must have been between the Europeans and the Native Americans. Just looking at the differences in their economies, you can see that they must never have understood one another.

The second purpose of this book is to serve as a text for reading arts. It is a lively, adventure-packed, coming-of-age story about Kevin Murphy and his best friend, Brock Tomlinson. Kevin looks back on his 14th summer, the year that he became a responsible citizen. The boys set out to spend the summer at the Tomlinson cabin in the Pigeon River Country State Forest, Michigan. The French Canadian teen next door, Jean-Baptiste Vaillant, takes the boys on a canoe trip they will never forget. They become witnesses to a mysterious murder, committed by a bad bearwalker, and they eventually encounter a real bear. Everything in the story tests their courage and their loyalty to each other, as well as the values that their parents and teachers have been trying to instill. In spite of themselves, they are inexorably pushed across the threshold from boyhood into the adult world.

The third purpose of the book is to help young people learn solid values they will carry into adulthood. The main thrust of the story is unity in diversity: teamwork and the invaluable contribution each individual is able to make to the group. They must also learn to be considerate and wise, in addition to being courageous and unselfish. Both Kevin and Brock become “men” on this trip precisely because they eventually learn all of these lessons, including the virtue of protecting family honor by behaving in exemplary fashion.

In the next two weeks, I will discuss the questions you can have your child put to the text in order to learn all the history and literature she needs for school.

La Version Française

L’Histoire amérindienne et euro-américaine pour les jeunes, 11-15 ans

Summer of the Bear (L’Été de l’ours)

Première Partie: Les Objectifs du Livre.

L’Été de l’ours vise le programme scolaire de la 8e année aux États-Unis (la 2e année en France), mais le livre est idéale pour tout jeune âgé de 11 à 15 ans. Les profs et les parents découvriront que L’Été de l’ours anime l’histoire pour leurs enfants. C’est le récit de quatre jeunes modernes et des choix qu’il font lorsqu’ils retracent les pas de leurs aïeux euro-américains, africains, et amérindiens. Le livre est parfait pour un enfant  qui aime l’aventure et le mystère. L’Éte de l’ours, le premier volume dans une série d’aventures historiques, a gagné le Prix de la Société d’histoire du Michigan pour la littérature pour les enfants et pour les jeunes en 2007. Cette première ébauche en papier a paru en 2006. Le livre dont je parle ici, c’est l’édition électronique de 2014, qui se trouve sur Amazon.fr et Amazon.com.

 

 

 

Comment enseigner ce livre à votre enfant

Si vous vous demandez comment présenter ce livre à votre enfant pour qu’elle apprenne les faits qu’elle a besoin de savoir, il serait peut-être utile de la faire se poser les questions qui paraîtront dans ce blog-ci, aussi bien que dans les deux blogs suivants. N’importe quel enfant va se demander, “Pourquoi faut-il que je lise ce texte?”  Il serait beau si elle se demanderait en plus, “‘Qu’est-ce que cela va m’enseigner?” “Pourquoi l’auteur l’a-t-elle écrit?” “Comment savons-nous ce que l’auteur a voulu dire lorsqu’elle l’écrivit?” Et vous, vous pourriez lui poser toutes les questions que je vais vous offrir, citer les objectifs que j’avais en tête, et lui dire que l’on sait ce que l’auteur veut dire parce qu’elle emploie des techniques, telles une structure ronde,  l’utilisation de la musique, les personnages, qui sont, en réalité, l’incarnation des idées, les images et les symboles, etc., qui sont tous au service des objectifs de l’écrivain. Bref, en analyzant les procédés narratifs, on arrive à comprendre les buts du roman.

Les Ojbectifs du livre

Chaque livre bien écrit a une raison d’être, et, pour aussi evident que cela puisse vous paraître à vous, votre enfant a besoin d’apprendre à reconnaître le but pour lequel le livre a été écrit. Ce n’est qu’alors qu’elle puisse comprendre comment chaque détail du livre indique les buts de l’auteur. C’est aussi une bonne technique pour la préparer à écrire ses propres thèmes, voire ses propres livres.

Le premier but de L’Été de l’ours est d’enseigner aux lecteurs, tout en cachant autant que possible l’intention pédagogique, les histoires, les économies, et les coutumes des Amérindiens et des voyageurs (les coureurs de bois et les commis inclus) et des grandes compagnies américaines de l’industrie de la fourrure. Il fallait toujours maintenir la fiction au premier plan, sans laisser échapper un seul fait historique, travail difficile parce qu’il y avait tant d’histoire à éclairer et il y avait toujours le danger d’ennuyer le jeune lecteur. Parmi les techniques que j’ai utilisées est la musique. Les garçons dans la fiction chantent les chansons des voyageurs tandis qu’ils font advancer leur canoë à la pagaie dans la Rivière Pigeon.  La musique dans le texte est authentique. Le lecteur apprend les mots en français aussi bien qu’en anglais.

Pour leur apprendre l’histoire amérindienne, surtout l’histoire des Ojibwe, dès l’ère dite “pré-contacte” jusqu’au présent, j’ai pratiqué des dialogues entre les jeunes, qui s’intéresssent à des aspects différents de la culture amérindienne. Par exemple, leur situation les pousse à songer à la nourriture, de sorte qu’ils écoutent avec attention les remarques du jeune Ojibwe, Mickie, qu’ils rencontrent. Puisque ce garçon cherche un Bearwalker, qui voudrait très probablement tuer sa soeur, il doit expliquer beaucoup de choses sur sa culture pour que les jeunes l’aident dans sa quête. Il s’ensuit que le lecteur est exposé à un certain nombre de mots anishinabemowin (la langue ojibwe). On s’intéresse à tout cela parce que ça fait partie d’une aventure mystérieuse. Enfin, Jean-Baptiste est convaincu de la sincérité de Mickie. Les jeunes se laissent alors entraîner dans le jeu. Après, en examinant ce qui leur est arrivé, ils discutent les missions californiennes, les amérindiens Esselens, et ils comprennent que quelques uns des bearwalkers sont délinquents tandis que d’autres sont sages. Ils parlent de la Californie parce qu’un d’entre eux, Brock, a lu un roman mystérieux et effrayant sur les bearwalkers Esselens. A un certain point, on se rend compte que ces jeunes deviennent des bearwalkers eux-mêmes à travers leur aventure. Quelles sortes de bearwalkers deviennent-ils? Le symbole central de l’ours est extrêmement important dans ce roman.

Plus difficile était la tâche de dramatiser la valeur qui s’appelle “La Liberté” dans les valeurs essentielles américaines. Cette valeur essentielle est d’une importance capitale dans le programme scolaire américain, de sorte qu’il fallait absoluement en parler. Le narrateur/héros, Kevin Murphy, découvre, à travers le roman, les responsabilités qui accompagnent la liberté. Tout au début, il juge, comme tout jeune de son âge, qu’il y a le droit. Mais peu à peu il se rend compte que ses actions causent beaucoup de peine à ses parents. Et, à la fin, il comprend ce que c’est que l’honneur de famille et les grandes responsabilités qui se joignent à la liberté si l’on veut faire partie d’une société.

La plupart des jeunes, moi inclue, quand j’avais 15 ans, détestent la science économique. Comment discuter cela dans un roman d’aventure?! J’ai opté de nouveau pour un dialogue entre les jeunes personnages. Jean-Baptiste, et Kevin Murphy discutent la différence entre les économies traditionelles, celles qui ne sont que pour la survie comme chez les Anishinabeg, et les économies planifiées (l’économie européenne, qui était adaptée au profit). Le dialogue a lieu parce que Jean-Baptiste, en train d’admirer la façon simple de vivre des Ojibwe, parle de leur économie de survie, et Kevin se souvient des leçons apprises à l’école. Tout d’un coup Kevin se rend compte de l’impossibilité des arrangements entre les européens et les amérindiens à cause de la différence entre leurs économies. Ils ne se seraient jamais compris!

Le deuxième but de ce livre est de servir de texte pour les arts de lecture. C’est un récit vivace du passage à l’âge adulte, bourré d’aventures, dans lequel ils s’agit de Kevin Murphy et de son meilleur ami, Brock Tomlinson. Kevin, en tant que narrateur, se souvient de son 14e été, l’été où il est devenu citoyen responsable. Les garcons ont l’intention de passer l’été dans la cabine Tomlinson dans la Forêt de la rivière Pigeon de l’êtat de Michigan. L’ado canadien français qui vit d’à côté, Jean-Baptiste Vaillant, emmène les deux garcons sur un voyage qu’ils n’oublieront jamais. Ils témoignent un meurtre mystérieux, commis par un Bearwalker délinquent, et finissent par rencontrer un ours en chair et en os. Tout dans l’histoire soumet à l’essai leur courage et leur loyauté, l’un à l’autre, aussi bien que les valeurs qu’ils ont appris de leurs parents et de leurs profs. En dépit d’eux-mêmes, ils sont inexorablement poussés à travers le seuil de l’adolescence au monde adulte. La structure du roman est circulaire comme celle du monde amérindien. Le récit commence par le rencontre avec l’ours, après lequel il y a un long flash-back qui montre tout ce qui a mené à cette crise avec l’ours.

Le troisième but du roman c’est d’aider aux jeunes lecteurs à apprendre des valeurs solides qu’ils puissent utilizer comme adultes. L’idée maîtrise du récit c’est l’unité dans la diversité: le travail d’équippe et l’inestimable contribution faite par chaque membre du groupe. Ils doivent apprendre à être prévenants et sages aussi bien que courageux et désintéressés. Kevin et Broch deviennent “hommes” tous les deux précisément parce qu’ils apprennent toutes ces leçons, aussi bien que la vertû de protéger l’honneur de la famillie en se comportant d’une façon exemplaire.

La semaine prochaine, je vais détailler les questions à poser au texte sur l’histoire, et, enfin, la semaine après cela, je me fixerai sur la literature.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s